L'arum d'Italie (ou gouet d'Italie) fleurit d'avril à mai, dans les coteaux, les haies et les sous bois humides. Son cycle de floraison est semblable à celui d'Arum maculatum, le gouet tacheté. Les inflorescences commencent à s'entrouvrir en fin d'après-midi, et, à la tombée de la nuit, leurs appendices chauffent et émettent une mauvaise odeur de bouse, afin d'attirer des petits moucherons en recherche d'un site de ponte. L'arum d'Italie attire une plus grande diversité de pollinisateurs que l'arum tacheté : on a trouvé dans ses inflorescences des diptères appartenant aux familles des Psychodidae, Ceratopogonidae, Chironomidae, Sciarideae, et parfois même de petits scarabées de la famille des Staphylinidae.

Arum italicum à Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées, France.

Inflorescence d'Arum italicum à Toulouse, Haute-Garonne, France. La spathe a été coupée au scalpel pour observer l'intérieur de la chambre florale. Lors des jours de pluie comme celui-là, les inflorescences ne capturent quasiment pas d'insectes...

Si l'on récolte une inflorescence d'Arum italicum en soirée lorsqu'elle est odorante, ou le lendemain matin avant la libération du pollen, on peut y trouver de petits diptères emprisonnés ! Ces insectes sont en général assez vifs, et s'envoleront bien vite une fois leur prison ouverte... [Sur cette photo, ils ont été noyés à l'alcool pour être comptés, sexés et identifiés.]



N'hésitez pas à me joindre pour toute question ou commentaire : chartier.marion@gmail.com

Auteur : Marion Chartier
Sources : Chartier et al. 2013. Functional Ecology 27: 1367-1381.
Albre et al. 2003. Botanical Journal of the Linnean Society 141: 205-214.
Diaz & Kite 2002. Watsonia 24: 171-181.
Kite 1995. Biochemical Systematics and Ecology 23: 343-354.
A lire aussi : Leurre et chaleur : la pollinisation par duperie chez les Aracées ;
par A. Quilichini et M. Gibernau. Stantari 31: 34-43 (2013).